قصة ابادة الدولة العثمانية لسكان جبل لبنان خلال الحرب العالمية الأولى The genocide of Mount Lebanon’s Inhabitants during WWI

278

قصة ابادة الدولة العثمانية لسكان جبل لبنان خلال الحرب العالمية الأولى
The genocide of Mount Lebanon’s Inhabitants during WWI
By Dr. Amine Jules Iskandar
Facebook: Amine Jules Iskandar
Please note: for the readers, I do not own the content of this article, the author’s name and page will be mentioned at the end. My purpose is to shed light on it.
During WWI, Between 1914 and 1915, Lebanon witnessed a genocide, rarely ever spoken of.
Unfortunately, our schools always taught that the famine that decimated about half of the Lebanese population, was due to an “unfortunate coincidence of disparate factors”. According to official history, it’s about the maritime blockade of the allies, the land blockade of the Ottomans and the locusts’ invasion.
The French have rejected any responsibility by claiming that the majority of cereals and other food usually came from the Bekaa side and Hauran, and that imports on the maritime side were very secondary. However, the land blockade on Lebanon remains strategically inexplicable and with no convincing reason.
All data proves that the famine of Mount Lebanon was planned, organized, instigated and well-desired by the Ottomans. It all began in 1914, with the abolition of the signed agreements between the Christian powers and the Ottoman Porte which guaranteed the security of Christians in the Ottoman empire. Followed by the elimination of Mount Lebanon’s autonomy, a series of excessively harsh measures began to take place.
Enver Pasha delegated Jamal Pasha with the task of exterminating the Ottoman Empire’s Christians. Since then he had the nickname of “Jamal Pasha Al-Safah” (Safah, an Arabic word, meaning butcher). It was no question for Jamal Pasha to recommit the error of 1860, the “sword” used in the Armenian, Syriac/Assyro-Chaldean regions, could not be used in Lebanon without risking a new French landing. Lesson was learned in 1860, Lebanon was too close to Europe, the massacres of 1860 led to the military intervention of Napoleon III and the recovery of the Lebanese autonomy. Getting to Mount Lebanon’s population now necessitated ways differing from those used against other Christian areas of the empire.
Jamal Pasha began by preparing the frame of his mission. Contrary to Armenia and Upper-Mesopotamia, Lebanon was very connected to Europe. It was necessary to isolate it from the media and also diplomatically, before imposing any physical isolation, like the food blockade. For this reason, Jamal Pasha established general censorship on the press. However, “a window always open to Europe” was a character of Lebanon. That window was formed by the Church and especially by the Catholic Missionaries, their monasteries and their schools. Many of these places were transformed into barracks or military deposits. The missionaries could no longer serve as witness after getting exiled. There were some Maronite Bishops left, as well as some Greek Orthodox and Melkite ones, the most active ones would get exiled. Some Maronite bishops were even taken to court, and hanged to death.
Now that all communications with the outside world were eliminated, the genocide could successfully take its course.
Despite the Locusts’ invasion in 1916, a considerable amount of wheat was still available but it was burned by the order of Jamal Pasha. Jamal seized all the wheat, kerosene, workhorses, poultry and livestock claiming it was for military needs, yet, every time the Ottomans couldn’t take away all the available quantities, they would set it on fire. German soldiers also threw the wheat in the sea before escaping. Pharmacies and medicine of any kind were confiscated, *always for the needs of the Ottoman troops*. In 1916, Ottomans even attacked plantations, orchards and forests, while even seizing construction material and wood. The Hills of Lebanon were fully stripped under the excuse of “refueling for coal trains”. The old Sepia photos of Lebanon still show these once desolate regions, that are covered with forests today.
How can we still teach in Lebanese schools that the Mount Lebanon famine was due to an exceptional invasion of Locusts?
Mount Lebanon’s dominantly Christian inhabitants were dying of hunger, they sold their furniture, their clothes, the families found themselves in the streets without even anything on their body. Skeletons roamed here and there in the mud and in the snow. We were barely able to distinguish the living from the dead. From all the dead bodies around, and from the cold, malnutrition and lack of hygiene, devastating diseases came to add to the disastrous situation of the Lebanese, such as Typhus, Cholera, plague and others.
Do we need more evidence to recognize that this famine was not accidental? There are Diplomatic mails between western chancelleries. The atrocities are described in all these mails. All have reached the same conclusion: a military intervention in the Levant would be fatal for the Christians of Lebanon. It could push the Ottomans to speed up their work and, might also, push them to move on to use “the sword”. As for food aid, it was systematically confiscated by the ottomans.
It was then agreed to send financial aid, especially in gold. The Syrian island of Arwad was in the hands of the French, under the command of Albert Trabaud. The aid of the Lebanese diaspora was then channeled to the island and transported by night to the Lebanese coast. The first part of the course was made in boat, while the second ended at swimming. The Gold was handed over to the envoys of the Maronite patriarch, Elias Peter Hoayek. The sums gathered in Bkerké were then used to buy quantities of food to distribute to the people in order to limit the carnage as much as possible.
On a Lebanese population of 450,000 people, about 220 000 died, and half of the survivors took the path of exile. We are the descendants of the little quarter remaining. What have we transmitted to the following generations of the heroism of their ancestors? More than 200 000 harmless, disarmed victims, and whose only crime was to be Christian. What did we keep from the memory of Albert Trabaud who contributed to the survival of our ancestors? A street in Achrafieh? What did we do for our 200 000 martyrs? A Museum, a monument, a public place, a national day, any mention in the history books?
Dr. Antoine Boustany, author of the history of the great famine in Mount-Lebanon, is wondering what happened to the Christians of Mount-Lebanon and why are they adopting this weird behavior. He wonders where this cowardice could come from, because for him, not asking for account is a crime itself. He then quotes Marshal Foch when he said “a people without memory is a people without future”, he then resumed by quoting Elie Wiesel, survivor of Auschwitz, who wrote: “The genocides kill twice, the second time by silence.”
Today we have a duty, it’s cultural resistance, as respect for our ancestors who poured their blood. We are the descendants of the quarter who survived and stayed in Lebanon. And from this group also three quarters emigrated so we only represent the quarter of the quarter. Let us be aware of all this legacy that we now bear responsibility for.
The genocide of the Christians of the orient, “tseghaspanutyun” for Armenians, “Seyfo” (the sword) for the Assyro-Chaldeans of Upper-Mesopotamia, and “Kafno” (famine) for the Christians of Lebanon. You can’t assassinate a people twice; first by death, then by silence and oblivion. It is a national duty to take this into account at the state, religious and cultural institutions’ level.
By Dr. Amine Jules Iskandar
Facebook: Amine Jules Iskandar
President of the Syriac Maronite Union, TUR LEVNON
You can find the original article here in French: https://www.lorientlejour.com/article/1170291/kafno.html

Le génocide des habitants du Mont-Liban pendant la Première Guerre mondiale
PAR DR AMINE JULES ISKANDAR
OLJ14/05/2019
Le Liban a connu entre 1914 et 1918, lors de la Première Guerre mondiale, un véritable génocide. Il est cependant toujours enseigné dans nos écoles que la famine qui décima à l’époque la moitié du peuple libanais était due à la fâcheuse coïncidence de facteurs disparates. Il s’agit, selon l’histoire officielle, du blocus maritime des alliés, du blocus terrestre des Ottomans et de l’invasion des criquets.
Et pourtant, les Français qui contrôlaient le large ont rejeté leur responsabilité en précisant que la majorité des céréales et autres aliments provenaient habituellement du côté de la Békaa et du Hauran. Les importations du côté maritime étaient très secondaires. De plus, le blocus terrestre sur le Liban demeurait stratégiquement inexplicable et sans raison convaincante.
En 1916, malgré l’invasion des sauterelles, il restait d’importants dépôts de blé qui furent détruits et brûlés sur ordre de Jamal Pacha. Toutes les données prouvent qu’il s’agissait d’une famine voulue et provoquée. Elle était recherchée, planifiée, organisée et exécutée avec minutie. Tout commença avec l’abolition, en 1914, des capitulations signées entre les puissances chrétiennes et la Sublime Porte, et qui garantissaient la sécurité des chrétiens de l’empire. Puis l’autonomie du Mont-Liban fut supprimée. Dès lors, une série de mesures draconiennes allaient s’enclencher ouvrant inexorablement les portes de l’enfer.
Enver Pacha délégua alors Jamal Pacha qui eut pour tâche d’exterminer les chrétiens de l’empire. Il porta dès lors le surnom de Jamal Pacha al-Saffah. Pour cet homme habile et machiavélique, il n’était pas question de refaire l’erreur de 1860. L’épée employée dans les régions arméniennes, syriaques ou assyro-chaldéennes ne pouvait pas être utilisée au Liban sans prendre le risque d’un nouveau débarquement français. L’expérience était faite en 1860 dans ce Liban beaucoup trop proche de l’Europe. Les massacres d’alors aboutirent à l’intervention militaire des troupes de Napoléon III et au rétablissement de l’autonomie libanaise garantie par les cinq puissances. Il fallait désormais procéder différemment au Mont-Liban par rapport aux autres régions chrétiennes de l’empire.
Jamal Pacha commença par préparer le terrain et le cadre de sa mission. Contrairement à l’Arménie et à la Haute-Mésopotamie, le Liban était très connecté à l’Europe. Il fallait l’isoler médiatiquement et diplomatiquement avant que d’y imposer l’isolement physique, le blocus alimentaire. Pour cela, le pacha instaura immédiatement la censure générale.
Mais une fenêtre toujours ouverte sur l’Europe était un caractère propre au Liban. Elle était constituée par l’Église et surtout par les missionnaires catholiques, leurs monastères et leurs écoles. Ces biens et lieux furent tous réquisitionnés, transformés en casernes ou en dépôts militaires. Expulsés, les missionnaires ne pouvaient plus servir de témoins et d’observateurs. Il restait donc les évêques maronites, mais aussi roums (grecs-orthodoxes) ou melkites. Les plus actifs d’entre eux furent alors exilés, certains évêques maronites furent même traduits en cours martiale et pendus.
Toutes les communications avec l’extérieur étant coupées, le génocide pouvait prendre son cours. Jamal Pacha fit réquisitionner tout le blé, le kérosène, les bêtes de somme, la volaille et le bétail. En 1916, la soldatesque ottomane s’attaqua même aux plantations, aux vergers et aux forêts. Les collines du Liban furent entièrement mises à nu sous prétexte de ravitaillement des trains en charbon. Les vieilles photos sépia du Liban montrent encore ces régions jadis désolées, et aujourd’hui couvertes de forêts.
Le blé et autres céréales étaient également saisis sous prétexte de besoins militaires. Et pourtant, chaque fois que les Ottomans ne pouvaient pas emporter les quantités disponibles, ils y mettaient le feu. C’est ce que fit Jamal Pacha en 1916. Les soldats allemands aussi, durant leur dernière débâcle, jetèrent le blé à la mer avant de prendre la fuite.
Peut-on encore enseigner dans les écoles libanaises que la famine était due à une invasion exceptionnelle de sauterelles ?
Jamal Pacha réquisitionna les matériaux de construction, le bois et même les forêts. Les chrétiens mourant de faim et ayant déjà vendu leurs meubles, puis leurs habits, finirent par vendre les poutres de leurs maisons. Les toitures s’effondrèrent et les familles se retrouvèrent à la rue sans rien sur le corps. Des squelettes vivants erraient ici et là dans la boue et dans la neige. On distinguait à peine les vivants des morts. Les charrettes déversaient dans les fosses communes une centaine de corps par jour rien que dans la ville de Beyrouth. Dans ces conditions de froid, de malnutrition, de non-nutrition et de manque absolu d’hygiène, les épidémies firent leurs ravages. Typhus, choléra, peste et autres maladies d’un autre âge vinrent s’ajouter aux malheurs des Libanais.
C’est là que le génie ottoman vint faire ses preuves. Les pharmacies furent dévalisées, les médicaments de tout genre réquisitionnés, toujours pour les besoins de la troupe. La Sublime Porte ayant besoin de médecins pour soigner ses soldats sur les fronts, on mobilisa alors les médecins de toutes les villes et de tous les villages. La cruauté de l’envahisseur n’avait plus de limite.
La corruption à l’ottomane battait son plein. Même certains chrétiens y participèrent. Le gouverneur du Liban, Ohannès Kouyoumjian, beaucoup trop honnête et intègre, fut remplacé par Ali Mounif. Ce dernier est arrivé au Liban sans le sous pour y repartir avec deux millions de francs or.
Avons-nous besoin de plus de preuves pour reconnaître que cette famine n’était pas accidentelle ? Les courriers diplomatiques entre chancelleries occidentales en regorgent. Ce sont tantôt les jésuites qui écrivent pour dénoncer le crime qu’ils qualifient comme étant « dans le sillage du génocide arménien ». Tantôt, c’est l’ambassadeur de France au Caire, Defrange, proche de la communauté libanaise d’Égypte, qui écrit à Brian du ministère français des Affaires étrangères. Ce dernier partage alors les renseignements et les nouvelles alarmantes avec Barrère, son ambassadeur à Rome, mais aussi avec le Saint-Siège, avec Washington (le 16 mai 1916) et avec le roi très chrétien d’Espagne. Les atrocités sont décrites dans tous ces courriers. Tous sont arrivés à la même conclusion : une intervention militaire au Levant serait fatale pour les chrétiens du Liban. Elle pourrait pousser les Ottomans à accélérer leur besogne et, pourquoi pas, à passer à l’épée. Quant aux aides alimentaires, elles étaient systématiquement confisquées et détournées par les Ottomans.
Il fut alors convenu de faire parvenir des aides financières, notamment en pièce d’or. L’île syrienne d’Arwad était aux mains des Français, sous le commandement d’Albert Trabaud. Les aides de la diaspora libanaise étaient alors acheminées vers l’île et transportées de nuit vers les côtes libanaises. La première partie du parcours se faisait en barque, alors que la seconde s’achevait à la nage. L’or était remis aux envoyés du patriarche des maronites. Les sommes rassemblées à Bkerké servaient alors à acheter des quantités de nourriture à distribuer au peuple pour limiter autant que possible le carnage.
Sur une population libanaise de 450 000 personnes, environ 220 000 succombèrent. Et la moitié des survivants prit les chemins de l’exil. Nous sommes les descendants du petit quart restant. Qu’avons-nous transmis aux générations suivantes de l’héroïsme de leurs ancêtres morts dans d’atroces souffrances. Plus de 200 000 victimes inoffensives, désarmées et dont le seul crime était d’être chrétiennes. Qu’avons-nous gardé de la mémoire d’Albert Trabaud qui contribua à la survie de nos ascendants ? Une rue à Achrafieh ? Mais pour combien de temps encore ? Qu’avons-nous fait pour nos 200 000 martyrs chrétiens ? Un musée, un monument, une place publique, une journée nationale, une mention dans les manuels d’histoire ?
Le Grand Liban leur préféra les 40 martyrs de la place des Canons qui porte désormais leur nom. En effet, leurs origines multiconfessionnelles satisfont mieux l’image recherchée pour le jeune État. Mais leur mémoire aussi noble soit-elle peut-elle occulter, voire sacrifier, celle de nos 200 000 victimes innocentes ? Quand auront-elles droit à une place publique et à une journée nationale ? Nos aïeux avaient un tel respect pour leurs martyrs qu’ils leur dédièrent le plus haut sommet du Liban : Qornet Sodé (en syriaque : la Cornette des martyrs). Mais là aussi, transcrite en arabe qui ne connaît pas les voyelles « o » et « é », elle devint Qornet al-Sawda. C’est comme si le sort s’acharnait sur nos héros. Où sont leurs monuments ? Où sont donc les tribunaux et les demandes de dédommagements ?
Le Dr Antoine Boustany, auteur de l’Histoire de la grande famine au Mont-Liban, se demande ce qui s’est passé chez les chrétiens du Mont-Liban pour avoir adopté ce comportement bizarre. Il se demande d’où pourrait venir une telle lâcheté, car pour lui, ne pas demander des comptes constitue un crime en soi. Il cite alors le maréchal Foch lorsqu’il dit qu’un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. Et il reprend aussitôt Elie Wiesel, rescapé d’Auschwitz, qui écrivait : « Le génocide tue deux fois, la seconde par le silence. »
Un peuple, qui se désiste de tout ce qui le constitue dans toutes ses spécificités humaines et culturelles, peut-il trouver sa place dans l’histoire ? Qu’avons-nous choisi de faire en 1920 et surtout en 1943 ? Pour bâtir le Grand Liban, il n’était nullement nécessaire de sacrifier le Liban historique. Celui-ci aurait dû constituer l’âme du nouvel État et non être considéré comme une entrave. Il n’était pas nécessaire d’abandonner sa langue syriaque et son identité, ni d’occulter son histoire chrétienne faite du sang de ses martyrs. Nous ne pouvons pas nous construire et évoluer en tant que peuple, ni bâtir une nation sur le dénigrement de l’essentiel, de l’existentiel. Nous avons considéré les différences entre les habitants du Liban historique et ceux des régions périphériques comme des obstacles au vivre ensemble. Ces différences culturelles, historiques et linguistiques qui auraient pu composer notre richesse ont été sacrifiées sur l’autel de l’unité nationale.
Les constituantes de l’identité ne peuvent pas faire partie des concessions et des compromis. Il s’agit de l’essence même de ce que nous sommes. On ne bâtit pas une nation sur le mensonge, encore moins sur l’amnésie.
Rémy de Gourmont écrivait justement : « Quand un peuple n’ose plus défendre sa langue, il est mûr pour l’esclavage. »
C’est comme si nous avions tout abandonné, jusqu’à nos aspirations les plus profondes, jusqu’à notre volonté d’hommes libres. Mais l’histoire est impitoyable avec les faibles. Nous avons aujourd’hui un devoir qui est celui de la résistance culturelle, par respect pour nos ancêtres qui ont versé leur sang. Cette résistance s’élabore sur plusieurs fronts. Celui du patrimoine naturel et architectural, celui de la culture et de l’histoire, de la langue et de l’identité, de la mémoire et de la spiritualité. Nous sommes les descendants du quart qui a survécu et qui est resté au Liban. Et de ce groupe ont aussi émigré les trois quarts. Nous ne représentons donc plus que le quart du quart. Soyons conscients et modestes face à tout ce legs dont nous avons aujourd’hui la responsabilité.
Le génocide des chrétiens d’Orient, « tseghaspanoutioun » pour les Arméniens, seyfo (l’épée) pour les chrétiens de Haute-Mésopotamie, et kafno (famine) pour les chrétiens du Liban, est un devoir de mémoire. On ne peut assassiner un peuple deux fois ; d’abord par la mort, puis par le silence et l’oubli. C’est un devoir national à prendre en compte au niveau des institutions étatiques, religieuses et culturelles.
Dr Amine Jules ISKANDAR/Président de l’Union syriaque maronite TUR LEVNON